Vaccin antigrippal et risque de narcolepsie ?

Jun 25, 2020 par

La vaccination massive de la population européenne lors de la pandémie grippale de l’hiver 2009-2010 a mis en évidence un risque majoré de narcolepsie chez l’enfant et l’adulte. Si ce risque doit être pris en compte dans l’évaluation des vaccins antigrippaux, la vaccination reste à ce jour la meilleure protection contre la grippe, en particulier pour les personnes fragiles.

Seringue de vaccin prête à être injectée dans le bras d'une jeune fille

Vaccin contre la grippe A et risque de narcolepsie

En 2009, une pandémie de grippe, due à un nouveau virus A de type H1N1, avait suscité la crainte des autorités de santé nationales et internationales. Le nouveau virus résultait de la combinaison de différents virus grippaux, d’origine aviaire, porcine et humaine. De vastes campagnes de vaccination avaient alors été menées. En France, l’ampleur de l’épidémie était restée proche de celle d’une grippe saisonnière.

Dès août 2010, des cas de narcolepsie avaient été rapportés en Finlande et en Suède chez des personnes vaccinées contre la grippe avec le vaccin Pandemrix®. Aussitôt, les autorités de santé publique avaient entamé des études de réévaluation du rapport bénéfice sur risque de ce vaccin.

Une augmentation du risque de narcolepsie avec un type de vaccin

Plusieurs études épidémiologiques menées dans différents pays européens, dont la France, ont ensuite mis en évidence une potentielle augmentation du risque de narcolepsie après une vaccination contre la grippe A chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte jeune.

À savoir ! Le vaccin Pandemrix®, utilisé lors de la pandémie de grippe A H1N1 de l’hiver 2009-2010, n’est plus commercialisé depuis la fin de la pandémie.

En France, 61 cas de narcolepsie, dont 47 associés à des épisodes de cataplexie (une perte brusque du tonus musculaire), ont été rapportés en France, après la vaccination contre la grippe A H1N1 responsable de la pandémie de 2009-2010. Ces cas représentaient :

  • 56 cas pour 4 100 000 personnes vaccinées pour le vaccin Pandemrix® ;
  • 3 cas pour 1 600 000 personnes vaccinées pour le vaccin Panenza® ;
  • 2 autres cas pour un vaccin non identifié.

Un risque moindre par rapport à l’intérêt de la vaccination

Sur l’ensemble des cas détectés, 21 étaient des adultes. Les délais moyens d’apparition des premiers symptômes de narcolepsie après la vaccination étaient variables selon l’âge des sujets :

  • 4,7 mois pour les adultes ;
  • 3,9 mois pour les enfants et les adolescents.

Depuis, les chercheurs tentent de comprendre quels sont les mécanismes mis en cause dans cette association. Parallèlement, les autorités européennes préconisent une prise en compte du risque de narcolepsie, si ce vaccin venait à être utilisé en cas de nouvelle pandémie grippale. Un risque qui reste bien inférieur au risque de mortalité liée au virus de la grippe A.

Estelle B., Docteur en Pharmacie

– Vaccins pandémiques grippe A (H1N1) et narcolepsie : Mise à jour de l’information sur les dernières données scientifiques. ANSM. Consulté le 19 juin 2020.
– Narcolepsie postvaccinale de type 1 : environ 650 cas en Europe après vaccination H1N1 de 19 millions de personnes. SPLF. Consulté le 19 juin 2020.
Estelle B.
Pharmacienne
Spécialiste de l'information médicale et de l'éducation thérapeutique du patient.
Passionnée par les domaines de la santé et de l'environnement marin.
Rédige un contenu scientifique fiable avec des sources vérifiées en respect de notre charte HIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée.